Partagez | 
 

 Presentation de Ryuga Araki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ryuga Uchiha

avatar

Rang D




Masculin
Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 28/10/2011


MessageSujet: Presentation de Ryuga Araki   Lun 28 Nov - 3:39

Ryuga Araki, L`Eclaire Blanc





Informations Générales


Nom et prénom : Ryuga Araki
Age : 28 ans
Sexe : masculin
Nindo : Je changerais cette vision du monde, je changerais sa face, instaurais la paix. Et pour cela j`utiliserais l`enseignement du rikkudou Sennin dans toute sa gloire et sa puissance pour rétablir le monde
Votre type : Feu=Katon
Son aspect physique : Voir les fonds d`écrans]
Son village : [Kiri ou Kumo ou Konoha ou Ninja errant] Kumo
Le statut de votre personnage : Regulier
Autres informations/Particularités : Samouraï-ninja.


Quelque chose à nous dire sur vous ? J`ai 16 ans et j`habite en Guadeloupe
Comment avez-vous découvert le forum ? Grace au top Site
Votre avis sur celui-ci ? Franchement j`adore le design
Votre activité sur le forum (Donnez une estimation en jours par semaine) : 7/7 au moins une fois
[










Descriptions Physique et Psychique



Ryuga possède naturellement une longue chevelure fine, qui miroite sous les rayons du soleil, cascadant le long de son dos d'une sombre couleur argenté. Ces derniers sont une partie très apprécié par sa personne, car, ils relatent son enfance et ses longues et dures heures d'entrainement. Cependant, son phénotype capillaire est changeant. Mais qu'importe la teinte prise par sa chevelure, ces derniers restent d'une couleur miroitante, et ne prennent aucune couleur propre et brut. Sa nouvelle teinte se mélangeant avec la couleur naturelle de ses cheveux, lui confère une nouvelle dimension à son physique. Ce phénomène fait son apparition lors sa puberté, s'adaptant surement à son environnement tel un caméléon. Mais cette hypothèse restait à prouver. Ses yeux perçants abaissés par de fins sourcils droits, sont à l'origine, d'une intense couleur rouge sang éclatante, qui se reflète dans le noir, tel un chat dans la nuit. Les personnes qui croisent ses yeux pour la première fois se perdent souvent à leur contemplation. Le jeune homme arbore souvent un regard ténébreux, mélancolique bien qu'on n'en connaisse généralement pas la raison.

A cause de son regard perçant et effrayant, Ryuga passe pour une personne au tempérament sadique et méchant. Il est très rare de voir se dessiner un sourire sur le visage du jeune homme. Cependant, en compagnie de son entourage de confiance, le teint et les traits de ce dernier s’assouplissent pour être plus chaleureux et heureux. Il paraît très souvent expressif et très démonstrative. Il affiche la plupart du temps un air profond. Ryuga a un visage taillé tout en finesse et rehaussé par des lèvres charnues d'un beige en harmonie parfaite avec la couleur de sa peau presque châtain. On devine donc aisément ses origines. Il est très musclé, possédant un corps athlétique. Une démarche agile et légère, très souple. Il ne s'encombre pas d'habits affriolants. Il s`est fait tatouer deux Raikou Kenka sur les paumes des mains. Ces tatouages sont principalement composés d`un cercle, entourant différentes marques, permettant l`invocation d`armes. Une croix blanche est également tatouer sur son dos, pour lui permettre d`utiliser les multiples lames dont il a la possession.

Dans son enfance, Ryuga a développé un style de combat bien personnel. En effet ce dernier, durant ces voyages avaient récolté une multitude de lames plus performante les unes aux autres. Sa rapidité exceptionnelle lui a valu le surnom de Ryuga, l`éclaire blanc. Ce surnom lui a été attribué lors de ses nombreuses rencontres, pour sa technique lui permettant de se déplacer à la vitesse de la lumière. Vous l`auriez bien compris, le ninja ou samouraï, qu`est Ryuga, utilise, l`art du samouraï, le Bushido, mais également l`art du ninja, lors de ces combats. L`art du ninja, étant essentiellement composé de ninjutsu, de taijutsu et, le kenjutsu, vient adéquatement se compléter avec le bushido, qui est lui-même un mélange de plusieurs discipline, menant à la maitrise de plusieurs armes. Bien qu`il ait récolté un totale impressionnant d`armes blanche, Ryuga ne manie répétitivement que trois types d`armes.

Les épées, les katanas et, pour finir les scythes. Bien que ce soient des armes conventionnellement utilisé à une main, le samouraï personnalise son style de combat, en arborant une technique appropriée pour le maniement de deux armes. Il ne cherche pas la bataille ou le conflit, il ne se bat qu`en cas de légitime défense. Il possède cependant, une acuité physique à toute épreuve. Son ouïe, surdéveloppé lui permettant d`entendre le moindre bruit ou perturbation dans l`air, avec un peu de concentration, en est à la base. Le samouraï a pour atout, une vitesse exceptionnelle, laissant penser naïvement à un ralentissement du temps de sa part.

Le jeune ninja arbore une liste de qualité tous aussi différents les uns les autres. Le perfectionnisme de Ryuga, se manifeste surtout dans la réalisation de tâches communes au guerrier, c’est-à-dire lors de son entrainement. Cependant, il démystifie un coter très mystérieux de son caractère lors de ses combats. Il combat que comme si le sort du monde en dépendait. Avec cette responsabilité sous les épaules, il dégage un sentiment de devoirs. Voulant toujours s`améliorer dans le but qu’il s’est fixé. C’est dans ce domaine, qu`il attire un sentiment de combativité. L’Autonome et l’indépendance, est depuis son adolescence, dans les codes de ses disciplines, dans son éducation. Ryuga, dans certaines situations précises, prend un caractère calme et réfléchi. Il peut acquérir cet état d’esprit autant lors d`un combat ou devant une tasse de thé.

Cependant, cet état de calme et de réflexion extrême survient lors de ces méditations en pleine, prenant la couleur au fil des années, de sieste. Bien qu`un homme doit être doté de qualité, il est également en procession de nombreux défauts, ce qui fait de Ryuga un homme silencieux, téméraire et solitaire. Il aime rester face à face avec sa vision du monde, devant un paysage balayé d`un vent frais et, méditant sur sa vie. Ayant une vie sociale comme tout homme, le jeune ninja, s`apprête à de diverses activités avec ses semblables de sexe opposé. Leur compagnie est pour lui un moyen de détente et de purs bonheurs. Au fil de ces discussions, qui tournait le plus souvent sur leur vie sociale, Ryuga amélioration son rapport avec les femmes au point de développer un langage charmeur et séducteur. Cependant, il a pour unique motivation que la volonté de protéger ses amis et sa famille contre toute menace qui pourrait attenter à leur vie.

La seule volonté d'avancer dans l'esprit du samouraï et du ninja provient de ce désir protecteur, le poussant à aller toujours plus loin et à franchir les limites de son corps et de son esprit. Ryuga adore contempler les paysages qui s'offrent à lui. Il apprécie le fait de s'arrêter, au milieu de nulle part et de profiter de l'instant présent. Il est très proche de la nature et n'aime pas s'encombrer de choses trop superficielles. Le jeune homme aime rester au calme et contempler le silence. Il est aussi très épris de musique et est particulièrement douée à la guitare. Ryuga n'aime pas le désordre, le bruit, le chaos de la ville. Il déteste les conversations inutiles et ne s'exprime que lorsqu'il le juge nécessaire (c'est-à-dire très rarement). Le ninja n'aime pas les personnes trop bruyantes, narcissique et qui parlent pour ne rien dire.

Il n'apprécie pas non plus les gens qui se vantent et juge la valeur d'un individu que par les actes qu'il ait accompli. Ce que Ryuga déteste par-dessus tout, c'est que l'on le fixe trop intensément avec un regard désapprobateur. Aux files des années le caractère du ninja, n`a pas totalement changé. Il a gardé ses nombreuses qualités et défauts. Mais à cette liste est venue s`ajouter, une capacité hors du commun à sentir et à prédire et, une méfiance de ses confrère. Sa vision sur l`art shinobi, son histoire, a complètement changé, à en devenir religieux. Ce dernier croit que le rikkudou sennin, n`a pas fait partager le monde shinobi de sa sagesse en leur léguant le ninjutsu, mais plutôt à engendrer la guerre et la destruction. Son regard, rouge, est devenu plus ténébreux. Un sourire narquois s`affiche sur son visage à chaque combat.

Mais derrière ce regard ténébreux, se cache un cœur angélique, qui accompagne chacune de ses actions et chacun de geste. Au fil des années, le jeune Ryuga a développé une qualité qui lui fait également office d`un grand défaut. L`arrogance… Le sentiment de supériorité. Ce sentiment est apparu au fur à mesure de ses victoires. Lors de ses combats, il laisse de cotes ses bonnes manières et sa bonne éducation, et arbore, une attitude très réfléchie et méthodique et, un esprit très calme. Tous ses gestes sont réfléchis, tel un chirurgien en pleine opérations. Sa concentration est telle qu`il lui est possible de percevoir le moindre mouvement des particules d`air. Ce qui lui accroit son ouï, donc sa perception lors de combat.










Mon histoire





1-A l`Époque du Ninkai Taisen: Une naissance parmi tant d`autre.

La naissance de Ryuga Araki a lieu 18 ans avant la création des premières grandes nations de shinobi et de leur village cachés. En effet, les villages caché de chaque pays du monde shinobi, n`existant pas encore, le savoir ninja n'était transmis à nul autre qu'aux membres de grandes familles de shinobi, réunies autour d`un Hijutsu ou d`un ensemble d`Hiden no jutsu et, ces clans ninja vivaient indépendamment les uns des autres. Les grands pays vivaient dans l'instabilité des querelles d'antan et les envies de conquêtes de territoires de petits seigneurs des divers pays. Ces problèmes politiques, engendra la première grande guerre shinobi de l`histoire. Cette guerre opposait, principalement les clans ninjas louant leurs services au daimyo, offrant la meilleure rémunération, sous forme de milices militaires du pays. Cependant, une autre guerre éclata au même moment, conflit opposant les deux clans descendant des deux fils du Rikkudou sennin, le clan Uchiha et le clan Senju de la forêt. À cette époque, le clan Uchiha, été reconnu de tous, considéré comme l`un des clans les plus puissants, tout comme leurs éternel rivaux, les Senjus.

Ces deux milices, se confrontaient continuellement, car étant tous deux reconnus comme les clans les plus puissants, en temps de guerre, lorsqu`un « client », possédait le soutient d`un de ces deux clans rivaux, le client adversaire, faisait tout pour obtenir le soutien de l`autre. Rivaux par leur ascendance commune, ils furent rivaux par leurs milices militaires. Cette situation ne changera en rien les affaires politiques de ces derniers, continuellement envoyé sur le front pour affronter leurs confrères. Cette guerre était partie pour durer. Quelques années après le commencement de cette guerre sanguinaire, dans ce bain de sang, dans cette atmosphère plus que repoussante où gisait au sol de nombreux cadavre, un nouveau né allait faire son entré dans ce monde, dans ce conflit, dans cette autodestruction du monde. Ce bébé n`était autres que moi. Bien que ce conflit entre ces deux mythiques clan, n`est rien à voir avec une partie quelconque dans ma venue dans ce monde, j`ai voulu vous le conter. En effet, ma naissance, fut un peu funeste.

Ce jour, où, mort et combat s`enchainait, accompagné d`un soleil absent, se cachant derrière des nuages gris sombre et, d`une pluie glaciale, fut le jour où on me trouva au pied d`une montagne, dans un panier en paille, dont la taille approchait à peu près les un mètre de large et de hauteur. J`étais enrobé dans un linceul blanc immaculé. La pluie glaciale, suivi d`un vent frais, venaient frapper ma peau pâlit par la saleté de l`air, et la famine qui s`abattait sur ce lieu. Heureusement pour ma survie, mes cris stridents causé essentiellement par la faim et le froid, fut porté à une oreille discrète se trouvant derrière une porte mystérieuse, qui venait d`apparaître devant moi. Je regardais autour de moi, les yeux remplis de larmes coulant à flot, l`environnement qui m`étais possible de voir. Droit devant s`imposait cette montagne touchant les cieux, qui en son sommet revêtait un manteau blanc. À son pied, y était gravé, les constructions d`une quelconque porte, comme si derrière cette dernière, prospérait la vie.

Cette entrée m`était apparue tel un rêve, depuis maintenant une bonne dizaine de minutes. C`est alors que surgit un homme, sortant de cette entrée forger dans la pierre et la terre. Il portait une longue tunique blanche, dont il en faisait grâce et sagesse. Une chevelure blonde assurait une descente au niveau de sa nuque. Et ses yeux d`un bleu turquoise, tel un océan calme et paisible, me fit stopper net ma symphonie. C`est alors qu`arrivant à mon niveau, me prenant dans ses bras, il repartie en direction de cette fameuse porte. On disparut tous les deux, derrière ce gouffre de lumière. On traversa pendant quelques minutes, un long couloir, éclairer par de faible flambeaux, s`enfonçant de plus en plus dans la montagne, pour arriver finalement en son centre. Une salle spacieuse s`ouvrait alors à mes pupilles rouges sang, fraichement ouvert et sécher. Un sentiment soudain de chaleur et d`assurance, envahit soudain mon corps. J`arborais sur ma tête, une faible chevelure argenté.

On m`emmena donc vers une autre pièce qui se situait, à un étage supérieur. Cette dernière était éclairée moyennement. Sur chacun des murs, était inscrit le kanji de « ninja » et celui de « samouraï ». Des escaliers menant à des niveaux supérieurs et différents, étaient poster aux chaque coin cardinaux de la grande salle. Enfin sec, ma renaissance put enfin commencer. Ma renaissance en un monde qui m`étais tout à fait inconnue. Cette mystérieuse montagne, si vrai elle en était bien une, accueillait une famille tout entière, tous différents les uns les autres, tous ayant leur propre caractéristique, leur propre caractère. C`est dans cette amas de terre, que ma résurrection, une vie dans ce temple, s`effectuera. Je fus confié à un dénommé Tensai Araki, L`homme qui me pécha d`un monde dans lequel j`étais encore prêt à y voir le jour. Lui et sa femme, Maya Araki, m`élevèrent comme leur propre fils et, me baptisèrent Ryuga Araki.

Lorsque j`eu l’âge pré-requis pour pouvoir commencer un entrainement digne de ce nom, c`est-à-dire à l’âge de quatre ans, je fus initier à l`art du samouraï, plus communément appelé Bushido et, à l`art du ninja qui se basait principalement sur le Ninjutsu, l`art historique de ces derniers. Le bushido, code d’honneur et de comportement social qui exigeait du guerrier, Bushi ou Samouraï, le sens de la justice et de l’honnêteté, le courage et le mépris de la mort, la sympathie envers tous, la politesse et le respect de l’étiquette, la sincérité et le respect de la parole donnée, la loyauté absolue envers les supérieurs et enfin la défense de l’honneur, du nom et du clan. Selon ce code, les Bushi et, plus particulièrement les Samouraï, devaient observer une étiquette sévère et consacrer leur vie et leur esprit à une ou des activités ‘dépassant l’homme ordinaire’ et transcendant la vie et la mort. Le bushidô est une manière d’être, de se comporter envers ses semblables et, une fidélité absolue à une ligne de vie, qui faisait appel au respect de soi et des autres, quels qu’ils fussent, faibles ou forts, ainsi qu’à la maîtrise parfaite de son mental, de ses pulsions et de ses passions, afin de maintenir l’esprit en harmonie avec l’univers.

Il est évident que cet idéal n’était atteint que très rarement. Le ninjutsu, quant à lui, est l`art utilisé par les ninjas, il est décomposé en 9 écoles d`enseignement, appelé Ryu, ou l`on pratique les techniques ninjutsu et le renforcement de l`esprit. Je passai plusieurs années, à m`entrainer jour et nuit, au développement de mon corps et de mon esprit. Autant que des techniques de combat, les arts martiaux sont des moyens de se réaliser, d'atteindre la maîtrise et la connaissance de soi. La démarche spirituelle, voire religieuse, fait partie intégrante des arts martiaux. Les grands maîtres ont toujours enseigné que l'important n'est pas de se battre, que l'art de la guerre doit être celui de la paix et que, en définitive, il faut gagner sans se battre. C'est l'harmonie qui triomphe du désordre. Un maître du sabre ne tue pas son ennemi, c'est celui-ci, par manque de sagesse, qui vient se détruire sur le sabre. En quelque sorte, les arts martiaux relèveraient de la dissuasion vis-à-vis des autres, ils constitueraient une méthode pour vaincre l'adversaire et seraient surtout une voie pour atteindre l'ultime état de la sagesse. Voilà dans qu`elle mode de vie je fus élevé. Cependant, j`appris également à développer mon intellect. On m`enseigna la géographie et l`histoire de notre monde, mais aussi l`art d`effectuer des calcules et d`entrainer mon cerveau.

La mystérieuse montagne dans laquelle je vivais, se situait sur la frontière nord-ouest du pays de la Terre. On me révéla cependant une vérité surprenante concernant cette gigantesque habitation. En réalité cette montagne, fut créée par le chef spirituel du temple. Une montagne artificielle pouvant protéger ces habitants de tout danger, quelques portes dissimuler au pied et sur la pente de cette dernière, pour ne pas être totalement coupé du monde. C`est par ces fenêtres, que je pus admirer, un monde dont je ne connaissais rien. Mon entrainement fut très long et dure, mentalement et physiquement, mais j`avais une volonté indiscutable. À cette époque je ne savais pas totalement les circonstances et l`histoire, résultant de ma présence dans ce lieu. Cependant, pour ne point décevoir mon père adoptif, je me surpassai.


2- L`art du Ninja et L`art du Samouraï, unifié.

"L'esprit paisible est comme l'eau calme réfléchissant l'éclat de lune. Videz l'esprit et vous réaliserez l'esprit paisible."

Les années passèrent et, à l`extérieur, la guerre baissa rapidement en intensité, seul quelques combats était toujours en liste. Mais les principaux acteurs de cette guerre, avait déjà signé un traiter d`armistice. Des villages cachés, réunissant les shinobis de chaque contré, se formaient alors sur les terres des cinq grandes nations. Des nouveaux pays émergèrent suite à ce conflit. Du haut de mes dix-huit ans, j`arborais une longue et fine chevelure argenté, qui selon mon environnement changeait de teinte miroitante, longeait le long de mon dos. Je me fus tatoué, pour mon anniversaire, une croix blanche immaculé, sur toute la superficie de mon dos, symbolisant ainsi ma loyauté aux enseignements qui m`ont été prodigués. Durant ces années, je me forgeai un esprit et un physique à toute épreuve, mes sens furent développés à leur maximum. Mais l`un d`entre eux plus en particulier, étais ma capacité à détecter le moindre bruit ou perturbation dans l`air, mon ouï. Au début des festivités en honneur d`une nouvelle année en leur présence, on me confia la garde de l`épée légendaire de la famille, qu`on avait formé au fil des ans. Tous les participants portaient un kimono blanc traditionnel en soie, qui longeait leur tors. Une ceinture noire venait relier le tout. Cependant, étant une fête à mon honneur, je me devais de me démarquer physiquement et symboliquement de mon entourage.

Je portai, un kimono traditionnel rouge, relié par une ceinture blanche. Cette cérémonie se déroulait dans la grande pièce, éclairée à son maximum. Le chef de cette grande famille, mon père adoptif, que je considérais comme mon vrai père, vint alors en face de moi, avec le mystérieux sabre, en main. Ce dernier était l`image symbolique de toute la famille et, le recevoir était un grand honneur. L`histoire nous raconte, qu`elle fut confiée au premier chef de famille de ce temple, cette cité perdue, qui la transmit de chef en chef. Elle se nommait Akari, littéralement lumière ou clarté, à l`origine de l`idéologie de la famille Araki, elle fut confiée comme symbole, par le père spirituel pour que la paix et l`amour prospère. C`est la raison pour laquelle, au moment de sa création, elle fut dépourvue de lame. Sa garde, très spécial, d`une couleur bronze, en forme de crochet rectangulaire, dont les deux largeurs sont des plus tranchante, insufflait le respect. En la posant délicatement dans mes paumes, mon père, me précisa quelques informations concernant l`Akari. Seul, un homme au cœur pure et remplie d`amour, saura utiliser cette épée, pour en faire une arme de paix. Après quelques gais applaudissements, mon père emmena contre toutes attentes, une deuxième lame. Cette dernière, se dissimulait dans la canne, qui, d`un blanc cassé, accompagné son corps affaiblie par la vieillesse. Une lame fine d`une éclatante et miroitante douceur métallique. Ce signe affectif toucha tout mon être, étant donné, ma génétique différente de la sienne.

Au cours de mes nombreuses heures d`entraînements intensifs, mon affinité élémentaire, se distingua et, je pus être en mesure de développé cette dernière. Je maîtrisais parfaitement mon chakra naturelle, et mon acuité élémentaire particulière au Katon, l`art de manipuler le feu. Mon temps d`entrainement, ne me laissait guère le temps de m`apprêter à des loisirs, sauf dans le cadre de l`évolution de mon mental, mais cependant me laissait un temps pour moi de contempler le monde dans sa magnificence, mais également durant ses périodes de guerre et de destruction. Cela m`avait rendu le sourire, de revoir surgir une paix méritée. Mon envie de visiter ce monde grandissait de jour en jour. Je pensai que tout était merveilleux dans les meilleurs des mondes. La cérémonie n`étant pas finie, je gardai cette demande, pour un moment plus approprier. Je ne me lassais, de caresser la lame douce de mon paternel, légué plus tôt. Je pouvais enfin méditer sur ses paroles.

Le Sabre est le cœur.
Si le cœur n'est pas droit,
Le Sabre ne l'est pas.
Si l'on veut apprendre le Sabre,
Il faut d'abord apprendre le cœur.


Ces paroles prenaient tout leur sens devant cette lame. Si mon cœur et mon sabre ne font qu`un, mon cœur et mes techniques également ne font qu`un et, mon cœur et mon corps sont unifiés en un même but. Ce que mes années d`entraînements, c`est-à-dire l`art du samouraï et du ninja, forgèrent en moi, fut un état nouveau, celui d`un état de sagesse. Méditation et réflexion, remplit soudain ma pensée. L'esprit et le corps sont une même chose, comme les deux faces d'une feuille de papier. [...] L'esprit existe dans chacune de nos cellules et, à la fin, l'esprit lui-même est le corps et le corps lui-même est l'esprit. L'aide la plus haute est d'apporter la paix spirituelle aux hommes. Ceux qui savent quand se battre et quand s’abstenir sont toujours victorieux. Ainsi, l'individu progresse sans rechercher la gloire, bat en retraite sans rejeter ses responsabilités, protège le peuple que dans l'intérêt de ce dernier, servant ainsi son pays. Quand la vitesse de l'eau bouillonnante atteint le point où elle est capable de déplacer les rochers, ceci est la force de l'élan. Quand la rapidité du faucon est telle qu'il peut frapper et tuer sa proie, ceci est la précision.

Il en est de même pour le guerrier victorieux.
Cependant, la plus importante pour moi, fut celle donnée par mon père, comme réponse à ma demande de découvrir le monde et, qui se répéta encore une fois dans mon esprit, me guiderais dans le futur proche qui s`offrait à moi. Oublie ta peine, colère, rancune et haine. Laisse-les passer comme la fumée prise par la brise. Tu ne devras pas dévier du chemin de la droiture: tu devras mener la vie d'un homme de bien. Ne sois pas possédé par l'avarice, la luxure, ou ton ego. Tu devras accepter le chagrin, la peine et la haine comme elles sont et les considérer comme une chance et une épreuve donnée par les dieux, une bénédiction donnée par la nature. Engages totalement, à la fois ton esprit et ton temps dans le Ninpo et ai ton esprit profondément ancré dans le Ninjutsu et le bushido.


3- La légende naissante de Ryuga, l`éclaire blanc: Le long voyage


Sur la fin de cette belle nuit étoilé, fraiche et apaisante, le jeune Ryuga, s`envola vers le pays des rêves. La lune veilla sur lui toute la nuit, tel un félin protégeant sa progéniture. Le vent frai principalement dû à l`altitude où seul, il se trouvait, venait frapper sa peau châtaigne. Sa chevelure claquait au gré du vent, d`une magnifique teinture bleu-nuit-argenté miroitante. Le corps, musclé et puissant, du jeune Araki, caressait le sol, par un touché soigneux. Le lendemain, les rayons du soleil levant, vint frapper les paupières fragiles du jeune guerrier. C`était le grand jour. Le jour où il quitterait le cocon familial pour découvrir le monde. Ayant dormi sur un plan horizontale de la montagne, il parcourut une dernière fois le couloir, sombre éclairé par de nombreux flambeaux, qui le permit de rentrer, puis enfila sa tenue de voyage. Un linceul d`un blanc cassé surmonté d`une armure légère métallisé se situant principalement sur son torse et son dos, les avant-bras et, les épaules. Un pantalon de la même couleur que le linceul étroitement suivi de bote en cuir beige venait achever sa préparation. Pour l`occasion, il tressa ses cheveux, pour en faire une seule natte, laissant tout de même quelques mèches rebelles, dont trois venait s`affaisser sur son visage au niveau de ses yeux. Un dernier regard parcouru sa chambre, puis descendant lentement les escaliers qui menaient à la grande salle, tout en effleurant les mures avec ses mains moites de stress et de peur, il rejoint ses êtres chères. Son sac de voyage l`attendais déjà en compagnie de son père, de sa mère et, de toutes sa famille.

Le moment des adieux arriva. Les pleurs, les encouragements et, les embrassades prirent quelques minutes. C`est alors que sur un magnifique cheval blanc, sous les rayons d`un soleil gracieux, il fila à toute vitesse vers une destination encore inconnue. En jetant une dernière fois, aux visages de ce qui fut son entourage durant ces dix-huit longues années, et à cette montagne mystérieuse de l`extérieur, qui lui servi d`abri et de refuge, il s`enfonça dans la forêt. Un puissant vent et frais traversa tout le corps athlétique du jeune Araki, faisant ainsi claquer et danser ses longs cheveux fins argentés au rythmes du vent, tout comme les feuillages, d`un vert foncé, des arbres voisinant. Les oiseaux chantaient pour leur petit affamé. La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents. Ceux qui ne savent pas qu'ils marchent dans l'obscurité ne verront jamais la lumière. On ne peut pas ouvrir l'esprit des autres si le sien reste clos. Nous avons toujours le choix. Et Ryuga avait fait le siens. Changer la vision du monde et guérir le cœur blessé des Hommes.

Voilà, je fus parti. Ne connaissant que ma géographie je pris la direction de l`est, où se situait un vaste territoire du pays de la terre. Je traversai, fleuve, foret et plaine. Tout ce magnifique paysage me laissai sans voie. Mon cœur battait à vive allure, tant mon excitation fut grande à la vue de ce monde dont j`avais rêvé de visiter. Durant une année entière, je parcourut se vaste étendu de montagne, tout en pointant vers le sud. Sur mon chemin je rencontrai de nombreuses personnes, chacun avec un caractère différent, mais tous aussi aimables. Cependant, dans ce beau monde, des briguant pourrissait son atmosphère. Dans le but de sauver des vies et des familles, j`eus besoin de dégainé mes sabres. En guise de remerciements, les populations de chaque village m`offrit ce qu`il avait de plus précieux. Ils forgèrent des lames toutes aussi expressive de leur reconnaissance. J`avais beau leur prétendre, que je n’avais nul besoin de remerciement ou de récompense, ces braves gens ne m`écoutai guère. Au fil des jours passer avec eux, mon contacte social évolua. Avec ces charges supplémentaires, un sceau d`invocation s`imposait. Je me fis tatouer deux sceaux sur l`avant-bras, permettant l`invocation de mes sabres, pour mieux dégainer.

Le climat n`avait point changé depuis mon départ, cependant, plus je me rapprochai du pays du vent, se situant plus au sud, un vent humide et une chaleur insupportable se fit sentir. Subvenir aux besoins de chaque village, me détournai guère de mes heures d`entrainement quotidien. Je ne passai moins d`un mois au pays du vent, le temps requis pour traverser ce grand pays. Le paysage y était désertique. Le sable dont je n`avais jamais vu la couleur, sa sensation m`apportai beaucoup de joie. à première vue, chaque pays avait son lot de malfaiteurs. Et heureusement pour moi, car, c`est ainsi que je gagnai ma vie, pour que je puisse me loger et me nourrir. Mon expérience en combat se développait, au fur et à mesure du temps que je passais dans chaque village. Et le nombre de sabre donné en guise de récompense, augmenta lui aussi considérablement. C`est la raison pour laquelle, il fut un temps où je ne pus plus accepter d`autre récompense de ce style. Je me dirigeais vers le pays de l`eau, situer plus à l`est. Si je me fis plein d`amis, la liste de mes ennemis montait en flèche. Ils me surnommèrent Ryuga, l`éclaire blanc. Ce pseudonyme, resta dans la mémoire des habitants et dans la mienne. Après un climat chaud, humide et sec, le pays de l`eau m`apporta cependant une satisfaisante brise fraiche, originaire de l`étendue bleue turquoise, qui séparait le grand continents à celui de ce petit pays.

Après quelques mois, en leur compagnie, vint le tour du pays de la foudre, se situant plus au nord, avec un climat tempéré. 2 ans s`était déjà écoulé, depuis le début de mon voyage. Cependant, je passai deux ans dans ce magnifique pays, dont le climat se rapprochait du miens, à l`exception de quelques paysage enneigés. Deux ans, c’est le temps qui me fallut pour remplir mes contrats, me prélasser, m`entrainer, et visiter les moindres recoins de ce grand pays. Je découvris les sources chaudes, qui m`apportai un confort, dont je pensai ne plus m`en passer, le thé et une liste remplie d`autres merveilles de ce monde. Le pays du feu, dont je fis présence pendant deux longues années, m`apportai de plus ample informations sur la face du monde de nos jours. Avant, je ne voyais qu`avec des yeux naïf. Ce monde était certes magnifique, mais il pourrissait de l`intérieur et, ça je le voyais bien dans les regards des habitants. Un monde meilleur… Voilà ce qu`ils recherchaient. Qu`elle en était la cause ? La Haine ? Pourquoi tant de Haine ? Mes ennemies me haïssaient, pourquoi ? Je pris pressement la direction du pays du feu, où je restai, deux longues années. La fin d`une chose est le début d`une autre, et dans le cas de ce monde merveilleux, mais perverti par la haine, la fin du chaos, de la colère et de l`orgueil de l`homme, entraina la paix et un amour incommensurable.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fondateur

avatar

Rang S




Masculin
Nombre de messages : 5959
Date d'inscription : 15/06/2008


MessageSujet: Re: Presentation de Ryuga Araki   Lun 28 Nov - 10:53

Euh.. Tu pourrais faire une version 'résumé' de ton histoire et de tes descriptions ^^' Pour le pays du vent, c'est mort Wink ça aurait été cool de ne pas recopier mots pour mots ta prez sur un autre forum ^^' (Surtout au niveau de l'avis sur le forum)

Le Rikkudou Senin n'a pas existé sur le forum =)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Presentation de Ryuga Araki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haiti -Terrorisme: Presentation d'Omega Military Consultants
» Organes de l'Etat: Presentation du CFI
» Developpement local: Presentation de Marmelade
» Presentation de Kyoko ^^
» Presentation de Kaede Nagase
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NARUTO SHIPPÛDEN RPG :: Archive NOR-
Sauter vers: