Partagez | 
 

 Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hoshizora Kaeldane

avatar

Rang C




Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 25/08/2011


MessageSujet: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 14:24

- Eh bien mon garçon, on peut dire qu'il sait s'y prendre pour faire comprendre les choses aux jeunes, non ? T'inquiètes pas, tu auras tout le temps de te prendre des coups d'ici peu... Alors, profites un peu du calme de Kumo !

Kaeldane ne tenait pas à avoir un loup enragé à ses côtés alors qu'ils partaient pour rencontrer une vieille dame et une flopée de marmots. A l'inverse, sa camarade étaient beaucoup plus souriante et ce, malgré les remarques sur ses vêtements dans le bureau. Il ne servait à rien d'en rajouter sur le sujet, elle ne semblait pas être plus perturbée que ça. L'orphelinat qu'il cherchait se trouvait dans le centre-ville et il ne leur fut pas difficile de s'y rendre. "Pour ne pas attirer les regards, c'est pas gagné..", pensa-t-il.

En effet, s'ils avaient demandé à Rei de changer de tenue, il était bien évident qu'elle n'avait pas le temps de le faire aujourd'hui... Ce qui ne déplaisait pas à certains passants. De plus, Kaeldane avait déjà rencontrés plusieurs habitants du village en consultation et il devait serrer quelques mains de remerciement de temps à autre. Après tout, cela prouvait une reconnaissance de leur part.

- C'est ici, je vais m'occuper des présentations.

Dans le hall d'entrée, ils découvrirent une femme d'une soixantaine d'années aux cheveux longs, blancs, dans une grande robe bleue. Quand elle aperçut le petit groupe, son visage se figea un instant, puis reconnaissant la haute taille du Dr. Kaeldane, elle se détendit.

- Et bien Miss Tsuko, pourquoi ce regard de détresse ? La dernière fois que je vous ai vus, vous respiriez le bonheur !

Alors, la vieille dame fondit en larme. Kaeldane la prenait par l'épaule alors qu'elle sanglotait :
- Les temps sont bien durs Docteur... *Sanglot* Ces p'tits morveux... *Re-sanglot* Ils viennent pour casser... *Toujours des sanglots* Piller, agresser... Ils s'ramènent avec des pierres et il casse les vitres pour faire mal aux orphelins. "Les batards" comme ils les appellent, ils viennent de partir, j'ai cru qu'ils revenaient... Et il y a le petit Choji, il est malade depuis deux semaines, mais je n'ai pas le temps de l'emmener à l'hôpital et les médicaments ne marchent pas !

Elle retomba en sanglots. Kaeldane lâcha un soupir satisfait alors qu'il tapotait l'épaule de Miss Tsuko.

- Allons, allons. On se calme. Je vais m'occuper de ce Choji et en attendant...

Il se tourna vers Rei et Meigetsu.


- Tu voulais de l'action non ? Rattrapez nous ces abrutis sur-le-champ. Pas (trop) de violence, ça a l'air d'être vraiment des jeunes. Si vous ne savez pas comment vous faire comprendre, amenez les moi... Mais je pense pouvoir vous faire confiance sur ce coup.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hoshizora Meigetsu

avatar

Rang D




Masculin
Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 21/05/2012


MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 15:40



Orphelins et fripouilles ♫




    Nous arrivions finalement devant l'orphelinat, du moins une veille bâtisse pas très rassurante à mon gout après avoir parcouru, une petite heure de marche. Il fessait un soleil de plomb à l’extérieur et le ciel était bleu cyan, sans aucun nuage à l'horizon. Hélas, un nouveau problème survenu au moment même des présentations, ou pour une fois dans ma vie, j'aurai voulu être au calme. C'est quoi ce genre de mission? C'est vrais quoi. On enquête et on s'occupe de la garderie?! Si j'aurai sus.. Bref le plus important à cet instant, était de remonter les bretelles aux gamins, ou délinquant. Je me tourna donc vers Kaeldane sensei puis répondis, d'un ton respectueux dans le but de m'excusez pour mon comportement.

    «Kaeldane sensei, je vais de suite à la recherche de ces mômes, et je ferai en sorte, qu'il ne recommence plus à mener la vie dur à Miss Tsuko, sans trop utiliser la force.»

    Après avoir fini, je me gratta la tête d'un air gêné puis je me retourna en direction de Rei chan, cette fois ci. Tant qu'elle sera présente, je sais pertinemment que je resterai calme. Autrefois, c'est toujours elle qui à l'académie, me sauvai la mise en m’emmenant un peu plus loin. Mais peu à peu, nous avons pris des chemins différents et nous nous étions perdu de vue jusqu'à cette convocation.. Je reconnais que ces pokes m'avaient manquer Embarassed Bref plus le temps à la jugeote, il fallait poursuivre ces gamins! Je commença donc à courir en direction de la grande avenue en face de l’orphelinat.

    «Rei chan, Viens!»

© Hoshizora Meigetsu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité








MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 16:14

Après une dizaine de minutes de marche, nous arrivions à hauteur de l’orphelinat. Toujours aussi glauque à ce que je vois… Ayant perdu mes parents, j’ai passé quelques temps ici avant d’habiter chez l’un de mes oncles. Je reconnaissais bien là Miss Tsuko, cette vieille femme toujours aussi gentille et à l’affût du bien de ses habitants. Lorsque nous traversâmes la ville, je me fis d’ailleurs siffler par quelques passants à cause de ma tenue un peu trop osée. C’est sûr bonjour, la discrétion… Enfin, je le saurais pour la prochaine fois. Bref, nous étions à présent dans l’enceinte de l’orphelinat et Miss Tsuko avait arboré son visage triste. Elle commença par la suite à éclater en sanglots et Kae-sempai l’avait prit par l’épaule.

- Les temps sont bien durs Docteur... *Sanglot* Ces p'tits morveux... *Re-sanglot* Ils viennent pour casser... *Toujours des sanglots* Piller, agresser... Ils s'ramènent avec des pierres et il casse les vitres pour faire mal aux orphelins. "Les batards" comme ils les appellent, ils viennent de partir, j'ai cru qu'ils revenaient... Et il y a le petit Choji, il est malade depuis deux semaines, mais je n'ai pas le temps de l'emmener à l'hôpital et les médicaments ne marchent pas !

Allons bon, ces petits merdeux avaient encore foutu le bordel… Je me rappelle vaguement qu’il y en a qui venaient ennuyer les pensionnaires de l’orphelinat, le peu que j’y étais et personne n’avait réussit à les chopper… Et le petit Choji, que je n’ai pas connu était malade depuis deux semaines. Je comprends vraiment la pauvre Miss Tsuko et je me demande encore comment elle fait pour tenir le coup avec tous ces évènements. Je regardais ensuite Mei puis Kae-sempai qui se retourna vers nous.

- Tu voulais de l'action non ? Rattrapez nous ces abrutis sur-le-champ. Pas (trop) de violence, ça a l'air d'être vraiment des jeunes. Si vous ne savez pas comment vous faire comprendre, amenez les moi... Mais je pense pouvoir vous faire confiance sur ce coup.

Oui Mei allait être content, il voulait de l’action. Je ferais bien évidemment attention à ce qu’il ne déborde pas trop, comme avant à l’académie où quand il commençait à s’énerver, je l’emmenais plus loin pour le calmer un peu. Regardant dès à présent Mei, je voyais qu’il commençait à bouillonner.

«Kaeldane sensei, je vais de suite à la recherche de ces mômes, et je ferai en sorte, qu'il ne recommence plus à mener la vie dur à Miss Tsuko, sans trop utiliser la force.»

Je souris puis lorsque il se mit à courir et à m’interpeller, je faisais un rapide signe de la main en direction de Kae et Miss Tsuko puis je partis le rejoindre. Nous sortions de la bâtisse et il y avait un petit bâtiment en face, qui était désinfecté et que normalement personne n’avait le droit d’y mettre les pieds. Je voyais bien que Mei voulait se battre puis soupirais tout de même un peu et quant à moi, réfléchissais un peu à la stratégie que j’allais prendre. J’ai une tenue assez osée aujourd’hui alors autant qu’elle serve n’est-ce pas. Je regardais Mei puis m’approchais de lui pour lui chuchoter à l’oreille :


« Suivant combien il y en a, je sais ce qu’on peut faire. Je me charge de me la jouer sexy et s’ils tombent dans le panneau, toi tu en fais ce que tu veux, bon sans trop les cogner non plus hein. »


Je m’approchais ensuite discrètement du bâtiment me mettant sur un côté, faisant signe au jeune homme de se mettre de l’autre côté. Nous devons agir en équipe, telle comme on nous l’a appris. C’est à nous de jouer et notre sensei nous fait confiance pour cette mission ; nous devons en aucun cas échouer.

Revenir en haut Aller en bas

Hoshizora Kaeldane

avatar

Rang C




Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 25/08/2011


MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 16:28

Une fois les deux jeunes partis à la poursuite de la bande de casseurs, la vieille dame conduit Kaeldane jusqu'au dernier étage de l'orphelinat, dans une petite chambre à l'écart des dortoirs, il sembla à Kaeldane que c'était l'infirmerie. L'enfant était endormi, tremblait sous l'effet de la fièvre et avait le visage très creux. C'était assez inquiétant, il fallait le reconnaitre.

Il s'approcha de l'enfant et lui mit la main sur le front, il était brûlant. Il demanda alors à Miss Tsuko d'aller lui chercher un bac de glace pour le soulager. Choji se réveilla alors et regarda le Docteur avec inquiétude.

- Pas de panique mon garçon, je suis médecin.

Il inspecta alors rapidement son patient : une toux grasse, des yeux gonflés, l'estomac noué... Le jeune garçon souffrait d'une allergie à la poussière qui avait aggravé un état de fièvre dû à l'air frais du bâtiment. Il mit de la glace sur le front de Choji et sortit de son sac quelques plantes dont il fit une petite mixture à laquelle il ajouta le contenue d'une petite fiole violette.

- Bois le intégralement petit, tu devrais te sentir plus léger et réveillé ensuite. Je repasse te voir d'ici dix minutes. Venez Miss, laissons le produit faire effet.

Il emmena alors la vieille femme sur la terrasse au bout du couloir. Là, il alluma une cigarette et entama la discussion :

- Ca ne doit pas être facile tous les jours pour vous. Déjà que vous avez des dizaines de mômes sur les bras, mais si en plus ceux de l'extérieur viennent vous chercher des noises...

- J'ai l'habitude, cela fait longtemps que j'héberge des enfants abandonnés. Kumo n'a été que l'occasion pour mes projets d'aboutir. Mais vous savez... Il y a toujours quelqu'un pour contrecarrer vos plans.

Kaeldane tira une bouffée et laissa échapper la fumée en souriant, il en savait quelque chose.
- Bah, rassurez-vous : quand les deux jeunes de tout à l'heure reviendront, je suis certains qu'ils sauront vous rassurer quand au fait que ces p'tits cons ne vous approcheront plus jamais. Et pour Choji, ce n'était que bénin, il doit avoir une nature fragile, ce qui a aggravé la situation.
Puis, regardant sa montre :


- Par ailleurs, le médicament devrait avoir agi, allons voir.

En effet, c'est les yeux dégonflés et les joues plus rouges qu'ils retrouvèrent le jeune Choji qui remercia Kaeldane par une vive poignée de main. Miss Tsuko le mena auprès de ses amis alors que le docteur redescendait dans le hall en attendant le retour de Rei et Meigetsu. Il se mit sur le perron et ralluma une nouvelle cigarette.

- Mais que font-ils ces deux-là ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hoshizora Meigetsu

avatar

Rang D




Masculin
Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 21/05/2012


MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 18:31



Orphelins et fripouilles, PART II♫






    Nous étions enfin en face du bâtiment abandonné, ou serai surement le groupe de délinquant d'après Rei chan. Après avoir pris connaissance de son plan, nous nous plaçâmes chacun de notre coté en entendant que les enfants tombe dans le piège. Pendant ce temps, je réfléchissais à une autre stratégie car je n'aimais guère, que mon amie, que Rei chan utilise sa tenue pour remplir la mission. Seulement voilà, je n'étais pas très bon, du moins pas assez intelligent pour me servir de ma tête. Disons que je préférais me servir de la force mais comme tous le monde, chacun à ses atouts et ses faiblesses. Au bout de cinq minutes, trois enfants sortirent par la porte de derrière en direction de ma coéquipière. Ce qui fut d'abord incroyable, c'est que les garnements qui causaient autant de soucie, dans la ville devaient avoir entre huit et onze ans. Un souvenir étrange me revint alors en tête. Le souvenir d'avoir étais comme eux dans le passé. Toujours être à la recherche d'attention, d'amis, voilà ce que j'étais à l'époque. Après quelque seconde d’inattention, je réussis enfin à reprendre mes esprits. Je me dirigea alors en direction du groupe, d'un pas discret, tout en gardant mes distance pour ne pas me faire repéré. Et puis merde! Ce n'est un groupe d'enfant qui va, nous causer soucis. Je pris donc un pas de course jusqu’à que deux des trois délinquants tombe à terre. Chit! Un des trois à réussis à passer et ce dirige en direction de Rei chan.. Bref nous avons passés toute notre enfance ensemble et je suis donc le plus apte, à dire quelle sait se défendre. Pendant que les deux jeunes, essayèrent de se relever, je sortis un fils de fer, de ma poche et les attachas à une clôture.

    «Je vais être franc avec vous.. J'aimerai mettre mon poing dans vos gueules! Vous vous sentez fort, à faire du mal à une pauvre dame sans défense et des enfants qui connaisse la misère? Un homme qui a de l'honneur préfère largement, se battre contre un adversaire de taille, voir supérieur. Vous savez pourquoi? Parce que c'est comme sa, qu'on s’améliore. J'ai promis à mon maître, de ne pas utiliser la violence alors, je ne vous ferez rien mais ne recommencez plus jamais!!!»

    Une fois le discours fini, je m'assis à terre en entendant que Rei chan, revienne avec le troisième garnement. D'ailleurs, je me demandai si elle allait bien même si au fond, elle ne risquait pas grand chose. Puis je me retourna vers les gamins, qui étaient en pleure.

    «Vous savez ce qui serai cool? *Envois un mouchoir aux deux enfants* C'est que vous alliez aider Miss Tsuko, à réparer vos dégâts. J'ai étais comme vous, moi aussi mais ce n'est pas une voie à suivre. Trouvez vous un but et alors vous avancerez. Et arrêtez de pleurer ou je vais m'énerver!!»


© Hoshizora Meigetsu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité








MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 19:48

Je baillais lorsque les trois enfants se sont montrés. Des gamins de 8 à 11 ans tout au plus. Ah bah non, je ne vais pas utiliser mon charme pour ça… Je préfère le réserver pour d’autres personnes voyons. Bref, lorsque les trois gamins ont fait surface, je vis Mei partir comme une furie sur eux puis faire je ne sais quoi. Un des petits s’étaient enfuis et j’étais entrain de le courser dans le bâtiment. Je le coursais un moment mais tout de même je réussis à le chopper et le maintiens à présent au sol, en faisant en sorte qu’il ne se débat pas trop tout de même. Cela me rappelait quand je me battais à l’académie ; on me surnommait la petite terreur et Mei pourra le confirmer du fait que nous avons passé toute notre enfance ensemble pratiquement. Bref, je restais sur le petit garçon ; il devait être âgé de 10 ans je dirais puis le regardais avec un air plus ou moins froid.

« Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi vas-tu embêter Miss Tsuko et les enfants de l’orphelinat ? Tu habites dans la ville basse n’est-ce pas ? »

« Mais lâche moi sale vieille ! »

Ayant des cheveux très clair, on pourrait croire que je fais veille, enfin même déjà par ma taille mais ce n’est tout de même pas une raison ! Sale morveux. Je mis mon poing en face de ma tête, faisant un sourire plus ou moins sadique puis lui frappa sur le crâne mais plutôt gentiment.

« Ecoute moi sale morveux, pendant quelques années, j’ai moi aussi été comme vous, orpheline alors je sais très bien ce que c’est. S’il faut t’aider, tes camarades et toi, fais nous le savoir. On est là pour vous protéger, pas pour que ça finisse en bagarre d’accord ? »

« Gnié ? Toi aussi t’as été orpheline ? Et tu te trimballes avec ces vêtements ? C’est vrai que t’es pas mal hein et puis pourquoi vouloir nous protéger ? »

« Hé calme avec les questions hein. Oui j’ai perdu mes parents il y a quelques années et cela ne te regarde pas comment je m’habille hé ho ! Pourquoi vous protéger ? Tout simplement parce je ne veux pas que vous finissiez à la rue. Vous êtes si jeune tes camarades et toi… »

Après cela, voyant qu’il ne gigotait plus et qu’il ne répondait plus, je me relevais puis lui disais de me suivre. Nous revoilà en dehors du bâtiment et Mei avait donc attrapé les deux autres. Il ne restait plus qu’à les livrer à Kae-sensei en espérant qu’il ne les engueule pas trop non plus. Je sais que ce n’est pas excusable ce qu’ils ont fait mais ils n’ont qu’entre 8 et 11 ans. Bref, je vis un sourire à Mei puis me dirigea vers le pensionnat où nous attendait notre sensei. Je vis à son regard qu’on avait mit trop de temps apparemment… Je m’avançais ensuite vers lui puis le regardais.

« Je m’excuse pour le temps que l’on a mit. J’ai pris un peu de temps pour faire une mise au point rapide… ^^’ »

Puis je regardais ensuite Miss Tsuko et fis une révérence à son encontre, en signe de respect.

« Miss Tsuko, ces trois petits devront comme punition, vous aider à réparer les dégâts qu’ils ont causé. »

C’est tout ce que j’avais à rajouter pour la fin. Je m’avance peut-être mais je crois avoir entendu Mei tout à l’heure dire quelque chose de ce genre donc, ça devrait le faire.

Revenir en haut Aller en bas

Hoshizora Kaeldane

avatar

Rang C




Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 25/08/2011


MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   Jeu 7 Juin - 20:11

Finalement, il n'eut pas le temps de terminer sa cigarette, jetant son mégot au loin alors qu'il apercevait Rei et Meigetsu revenir vers l'orphelinat, trois enfants devant eux, la tête basse. Vu les joues rouges de deux d'entre eux et la honte malhabilement cachée du dernier, ses compagnons avaient apparemment rempli leur mission. Rei annonça d'ailleurs à Miss Tsuko qu'elle venait de trouver trois employés pour réparer les carreaux brisés.
- Hm, hm, que vous avais-je dis Miss ? Ils savent y faire ces deux là ! Quant à vous les chiards, vous avez intérêt à filer droit. Vous avez un endroit où dormir au moins pour venir emmerder les gens à toute heure ?


Le silence qu'il reçut en guise de réponse le confirma dans son idée : Ils n'avaient pas de chez soit. Ces mômes qui insultaient les orphelins de "Batards" n'étaient que d'autres orphelin en quète du sentiment de supériorité. C'était une bonne leçon pour eux.

- Bien, non seulement vous allez réparer cet orphelinat, mais vous allez y rester également. Je vais personnellement m'arranger pour que l'établissement reçoive quelques subventions en plus, il en aura besoin. Aucun des orphelins ne vous connait, vous n'aurez pas de mal à vous intégrer et j'espère qu'au moins vous comprendrez que lorsque l'on fait mal à quelqu'un, ce n'est pas comme frapper un objet. Toute personne a des sentiments.

Miss Tsuko remercia alors le docteur et ses camarades pour leur gentillesse et leur dévouement, promettant d'en faire part à tout le monde au Village, ce qui était le but initial. Alors qu'ils faisaient leurs adieux, les trois Shinobis prirent le chemin de leur seconde destination : La prison.
- Bon, une bonne chose de faite et il est à peine treize heures ! J'vous paye les ramens et on trace à la prison, bizarrement je sents que ce sera plus long..

Et la matinée pris fin dans une échoppe proche de la prison, autour d'un grand plat de ramens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Orphelins et fripouilles : KRM chez les bisounours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]
» Choix de l\'épée, notamment chez les Dúnedain
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NARUTO SHIPPÛDEN RPG :: [RP] Plateau de jeu :: 

 :: Centre-ville
-
Sauter vers: